Tendances

Le blog de… Les Pies Bavardes

19 septembre 2018
Les pies bavardes : le portrait - Un Grand Marché

Le plus beau des portraits que nous ayons eu à lire est bien celui de Mélanie ! Créatrice de bijoux fantaisies, elle a su prendre du recul sur ses réussites et surtout ses échecs pour aider les créateurs comme vous dans leur vie entrepreneuriale ! Il y a 3 ans, elle lance le blog Les Pies Bavardes, une véritable mine d’informations, écrit sur un ton frais et léger, un vrai coup de coeur ! Nous sommes très heureux de partager avec vous ce portrait à la fois touchant et plein d’humour.

 

Qui se cache derrière Les Pies Bavardes ?

 

D’où viens-tu ? Quel est ton parcours ?

Je viens d’Alsace ! Plus précisément de la banlieue de Strasbourg. Actuellement, je suis expat’ au Luxembourg. J’ai fait un CAP/BEP Vente Action Marchande de 1999 à 2001 car ma maman voulait que j’aie un métier qui paye mes factures. Moi je rêvais d’être archéologue. Après mon apprentissage, je me suis retrouvée au chômage, j’ai gardé un petit bout pendant 1 an puis j’ai occupé divers boulots de serveuse, barmaid, vendeuse, femme de ménage, rien ne me plaisait. J’ai repris mes études en 2004, j’ai fait un bac en cours du soir et une année de faculté d’Histoire et d’Archéologie en 2005. La plus belle année de ma vie. J’adore apprendre et je suis une vraie passionnée d’Histoire et d’Archéologie.

Après cette première année de fac, mon allocation chômage était arrivée à expiration alors j’ai repris le taf : vendeuse chez Zara. Il était prévu que je fasse une 2eme année de fac (et plus) mais finalement mon contrat est passé de mi-temps à temps plein, donc j’ai dû laisser tomber. Après 2 ans et demi chez Zara, je n’en pouvais plus, mon trouble de l’attention me donnait l’impression d’être la branche pourrie de l’équipe. Mais à l’époque, je ne savais pas que j’avais ce trouble. Je pensais être bête et inutile. J’ai alors tenté une reconversion en secrétariat qui a échoué et puis, par un hasard de dingue (je ne crois pas au hasard, rien n’arrive « par hasard ») je me suis retrouvée dans le bureau d’une comptable qui recrutait des VDI pour une marque de cosmétique et qui m’a parlé du statut de l’auto-entreprise qui allait sortir en janvier 2009. On était en décembre 2008. J’ai pris mon téléphone le lendemain, j’ai appelé Pole Emploi et j’ai commencé un super stage de formation d’un mois pour être créateur ou repreneur d’entreprise. Lors de ce stage, on nous a fait calculer notre niveau de stress, selon l’échelle de Holmes-Rahe. On nous a dit (en gros) « si vous avez 200 points de stress soyez vigilants aux risques que vous prenez pour votre future entreprise. Si vous avez 350 points, laissez tomber votre projet d’entreprise, vous n’êtes pas en état de prendre les bonnes décisions. » J’étais à 850 points… Je suis sortie du stage dépitée, déprimée. Mon père est décédé en novembre 2008 à 50 ans, l’échec de sa vie planait sur moi comme une menace. On se ressemblait tant…

Pour passer le temps, je me suis mise à créer des bijoux pour moi. J’avais posté des photos sur mon Skyblog, et là on m’a proposé de m’en acheter ! Mais oui ! En voilà une super idée ! On était en mars 2009. Le 21 octobre 2009, La Dame de Lys, création de bijoux d’inspiration historique était lancée avec le soutien de Pole Emploi et de l’Adie.

S’en sont suivies 5 années de joies, de galères, de rires, de pleurs, de vaches maigres, de vaches grasses, de formations, de rencontres de fou, de découvertes de moi-même. C’était une renaissance. Du point de vue de mon mari, c’était un enfer car je rapportais peu d’argent et que je nous ai endettés. Quand j’ai compris où était le problème, je me suis formée en marketing, en com’, en gestion, en compta. J’ai tout revu ! Et quand j’étais fin prête à redémarrer mon biz sur les chapeaux de roue, je suis tombée enceinte…. Une grossesse compliquée m’a éloignée de l‘atelier et après l‘accouchement, j’avais d’autres priorités et j’étais épuisée de me battre sur tous les fronts, alors j’ai renoncé à mon premier bébé, La Dame de Lys.

L’idée m’est alors venue d’éviter aux autres créatrices les pièges dans lesquels j’avais sauté à pieds joints. J’ai commencé à aider des copines, mais j’ai très vite eu envie/besoin de plus. Une de mes mentors m’a offert une formation en blogging pro. Ça a changé ma vie !

 

Quelle est ton histoire ?

Oulà….lol j’ai eu une vie assez mouvementée… Je suis fille d’un ouvrier à moitié illettré mais très doué de ses mains et d’une femme au foyer très intelligente mais extrêmement autoritaire. Je garde beaucoup de blessures de mon enfance : mes parents se déchiraient, ma mère était malade des nerfs, mon père très absent pour son travail et on manquait d’argent. Bref c’était pas la joie.

A l’école, j’étais une élève dissipée, hyperactive et fragile, qui n’écoutait rien en classe mais qui avait de bons résultats facilement si l’enseignant était sympa (je ne travaillais qu’avec les gens que j’appréciais !). J’étais la fille un peu bizarre, souvent exclue avec très peu d’amis. En dehors de l’école, on n’avait jamais le droit de sortir, car on vivait dans une cité craignosse. Donc j’ai grandi avec le Club Dorothée, M6 Kids et les Minikeums. J’étais une enfant très rêveuse et jusqu’à y’a pas très longtemps je rêvais encore beaucoup d’une autre vie (maintenant j’ai une vie de rêve !).

A 19 ans, j’ai quitté le domicile familial pour vivre seule. Ma mère m’avait responsabilisée très jeune, je me suis donc toujours débrouillée sans trop de problème. J’ai longtemps cru être fainéante ou un rebus de la société qui ne voulait pas travailler, jusqu’à ce que je trouve ma voie avec La Dame de Lys, puis Les Pies Bavardes.

 

Quand a été créé ton blog ? Quelle a été ta motivation à lancer ce projet ?

Mon blog d’entraide et de conseils pour les créatives lespiesbavardes.com a été lancé le 27 avril 2015 très exactement (3 ans !!). J’avais bossé dessus de décembre 2014 jusqu’à son ouverture. Je suis quelqu’un qui aime que les choses avancent vite, je n’ai aucune patience. Ce blog a été le premier projet pour lequel j’ai pris le temps. Avec un bébé, c’était compliqué d’aller vite, j’étais limitée en temps de travail. Mais finalement ça m’a beaucoup apporté de ne pouvoir le lancer qu’en avril (j’avais prévu un lancement en février) car l’idée a mûri et s’est peaufinée avec le temps.

Ma motivation ? Sans prétention : faire évoluer le monde de l’artisanat de mode ! Je sens que je suis là pour bousculer les choses, pour apporter quelque chose de durable aux autres et plus précisément à toutes ces femmes (et hommes) qui entreprennent avec passion et coeur. Ça me prend aux tripes, c’est plus fort que moi. C’est ma mission de vie et je veux être le plus entendue possible pour aider le plus de gens possible =D

 

Que peut-on y trouver ? Où trouves-tu l’inspiration ?

On y trouve des articles qui parlent de marketing, de gestion, de compta, de com’, d’infos juridiques, etc. Je parle de tout ce qui touche un artisan de mode française (donc bijoux, accessoires et vêtements) de près ou de loin. Je vulgarise tout pour que ce soit à portée des artisans qui n’y connaissent rien en entrepreneuriat. Et surtout, je leur transmets ce dont ils ont vraiment besoin. Inutile par exemple de les noyer sous des masses de marketing qui ne leur serviront jamais. Je vais à l’essentiel, à l’utile avec des exemples très concrets. Je donne du contenu gratuit très riche, j’y tiens beaucoup !

 

Parce que l’on est des gourmands dans la team, quel est ton plat préféré ?

Haha, je suis une très grande gourmande, j’adore manger ! J’aime ce qui croustille et je suis TRES (trop) sucré. Je suis dingue de chocolat au lait, de gâteaux et de pâtisseries. J’ai la chance d’avoir un mari boulanger-pâtissier très doué qui me fait des supers trucs à manger et qui cuisine super bien !

J’adore aussi les plats en sauce comme les escalopes à la crème de ma maman, le bourguignon, le rosbif alsacien, les bouchées à la Reine, bref, la bonne bouffe quoi. J’adore la cuisine de bistro alsacien, surtout les « Krumberkeschle » (galette de pomme de terre) avec du lard et du Munster fondu dessus mmmmmmmmmmh.

Erf, j’ai faim…

 


Les articles de ton blog que nous avons préféré !

 

6 étapes pour écrire des fiches produits qui font vendre

Voir l’article

Calculer son prix de vente

 

Voir l’article

Comment rédiger de bonnes CGV et bien se protéger

Voir l’article


Suivre son aventure

facebook - Un Grand Marché

instagram - Un Grand MarchéYoutube - Un Grand Marché

Crédit photo : Eva Photography

2

Jeanne

Commentaires

  1. Salamandre et Compagnie

    26 septembre 2018 À 8 h 58 min Répondre

    Coucou !
    Merci pour ce joli témoignage , ça sent vraiment le vécu ! 🙂
    Etant FAN des bijoux originaux et moyennageux , j’aurais voulu savoir si tu vendais encore tes bijoux  » Dame de Lys  » sur un site quelquonque, j’aurais adoré les voir….
    Tiens-moi au courant si tu peux,
    Excellente journée à toi,
    Bonne continuation,
    A bientôt,
    Sylvina.

Laisser un commentaire