Pixel Facebook

L'herbier d'hermétique enclos


Herbier imaginaire

En savoir plus


6,00 TTC

Fabriqué en Hauts-de-France Boutique française
basée en Hauts-de-France

Paiement 100% sécurisé avec cryptage SSL

Carte bleue Visa Mastercard Maestro


Matières : - Papier
Coloris :  Blanc
 Noir
Livraison

Article expédié sous 1 jour ouvré et à partir de 1.5 euros.


Description

En relation avec l'album le Jardin, également disponible à la commande, l'Herbier d'hermétique enclos est un herbier imaginaire s'attachant spécifiquement à la description de la flore des jardins secrets.

Il se présente sous la forme d'un livret au format A5 de 24 pages en noir et blanc composées de 22 planches dessinés de plantes imaginaires accompagnées de leur description.

Les textes sont de Ben Parva, les dessins d'Anne Sophie de Bassoff.

Le collectif des misanthropes unanimes : sa page facebook et son site
 

Une première série d'impression sera lancée le 16 novembre. Clôture des commandes le 15 novembre. Vous recevrez vos livres fin novembre, début décembre.

Extrait du livre, présentation

Aux Origines de l’Herbier d’hermétique enclos

En avril 1848, le professeur Karl-Luigi de Parvassoff, célèbre botaniste et explorateur invétéré, découvrit, en cherchant un nouveau passage vers la face ouest de l’Annapurna, de l’Amazone ou du Kilimandjaro, un jardin jusque là caché. Il reconnut rapidement l’Hortus secretus annoncé par Aethicus Ister dans sa Cosmographie, à la suite de Polémon d'Ilion et, semble-t-il, Denys de Byzance. Ce lieu fascinant fut l’unique sujet de ses études jusqu’à la fin de sa vie, et même la fin de sa carrière. Quand, au terme d’intenses réflexions, le Pr de Parvassoff comprit qu’il avait découvert son propre jardin secret, il en fit immédiatement le rapport à la Royal Society de Londres, tout en refusant d’en rien révéler, car il estimait qu’un jardin secret se doit de rester secret sous peine de perdre son statut de jardin secret et de se trouver ravalé à celui de jardin public. Le botaniste se mit en devoir d’étudier l’exubérante flore locale, laquelle fut mise en fiches et réunie par ses descendants sous le titre, aujourd’hui mondialement connu, d’Herbier d’hermétique enclos. Mais le professeur ne se contenta pas de répertorier les plantes, il découvrit également que chacune d’elles possédait des vertus curatives. Il en étudia scrupuleusement les propriétés, les plaçant en parallèle aux élucubrations des plus fameux alchimistes et médecins occultistes. Puis le professeur découvrit encore une découverte et ce qu’il découvrit devait emplir le monde de joie, d’espoir et d’allégresse. En effet, chaque individu possédant un jardin secret, et chaque jardin secret possédant sa propre flore, le Pr de Parvassoff comprit qu’en conséquence chaque individu possédait sa propre plante associée, laquelle, non contente de le représenter, veille sur lui et lui prodigue quantité de bienfaits par le biais de ses propriétés cachées. Le professeur finit, au terme de sa vie, par mourir. Sa nièce Ermentrude-Agathe ne se résignait pas à voir ce trésor de connaissances et de bienfaits rester caché aux yeux du monde. Elle ne se résignait pas pour autant à trahir la volonté de son oncle de conserver secret son jardin, ainsi que l’atteste le rapport envoyé à la Royal Society, aujourd’hui conservé au British Museum. Aussi entreprit-elle la plus titanesque des tâches en partant sur les routes, répertorier les plantes associées du monde, et en en enrichissant, d’une généreuse ambition et d’une double paréchèse, l’Herbier d’hermétique enclos. Ses propres descendants prirent la relève, jusqu’à aujourd’hui, où ils sillonnent toujours le monde pour compléter l’ouvrage.

 

Paiement 100% sécurisé
avec cryptage SSL Carte bleueVisaMastercardCarte maestroPaypal

Des vendeurs qualifiés
à votre écoute

Un service client réactif
avec Jeanne et Marion

Suivez l'avancée de votre nouvelle plateforme qui soutient le savoir-faire français :