Portraits

Dans les coulisses de… Mapupicchu

24 novembre 2017
Mapupicchu : portrait d'une créatrice - Le blog Un Grand Marché

La boutique « Mapupicchu »

de Marion

Un univers de petites choses…


Ce qu’apportent les chimistes à la science, Marion l’apporte dans les arts à travers sa marque Mapupicchu ! Véritable touche-à-tout, cette créatrice passionnée et autodidacte rivalise d’imagination dans la conception d’objets et bijoux empreints d’émotion. Un cabinet de curiosités à découvrir sans modération.

 

Qui êtes-vous ? Quel est votre parcours ?

« Derrière le nom de Mapupicchu se trouve d’abord une orthophoniste et aquarelliste, ainsi qu’une passionnée d’histoire de l’Art à ses heures perdues. Attirée depuis mon plus jeune âge par ce que l’on peut appeler l’envie de créer, puis, de par mes premières expériences professionnelles par ce qui se rapproche de l’art-thérapie, je me lance aujourd’hui dans la création de cette boutique sur Un Grand Marché pour partager avec vous le fruit de mes expérimentations, synthèse entre un univers créatif et le goût des voyages. La grande aventure a commencé il y a un peu plus de deux ans, année très créative où j’ai expérimenté la peinture sur bois dans un esprit scandinave qui est aujourd’hui très à la mode. Après avoir accumulé un petit stock d’objets, des amis m’ont encouragée à exposer mes créations sur une boutique en ligne. On pourrait donc dire que je suis « autodidacte ».

 

Quel est votre marque ? Pourquoi avez-vous choisi ce nom ? Que créez-vous ? Quelle est l’histoire de vos produits ?

« Alors pourquoi « Mapupicchu »? Cela remonte à mes années d’études d’orthophonie. Nous avions inventé, avec une amie de ma promo, une nouvelle langue que l’on ne pouvait qu’écrire. Nous l’avions construite en mélangeant un peu d’alphabet phonétique international à l’alphabet cyrillique russe. Bref, c’était comme cela que l’on s’écrivait et que l’on écrivait nos cours. Et mon prénom, Marion, ressemblait dans cette langue à « Mapuyon », ce qui m’a valu par la suite plusieurs surnoms qui ont abouti à détourner le célèbre site touristique péruvien du Machu Picchu. Cela m’a plu et je l’ai alors adopté officiellement pour mon nom de créatrice. Ensuite, j’aime à rajouter derrière « l’univers des petites choses » car mes créations sont tellement variées qu’il est difficile d’intégrer et/ou de définir mon travail en utilisant deux ou trois catégories. »

 

Quelle(s) technique(s) utilisez-vous ? Votre matière de prédilection ?

« La liste peut être très longue… Je ne saurais pas dire si j’ai une matière de prédilection. Je crois que j’ai soif d’expérimentations et de découvertes ! Une constante serait le dessin, le graphisme et tout ce qui a trait à la peinture, il est vrai que cela revient à peu près dans toutes mes créations. Récemment je me suis lancée dans la couture et le travail du cuir, mais, comme je le disais précédemment, j’ai toujours dessiné enfant. J’ai découvert l’aquarelle à l’adolescence, puis, il y a deux ans, mon travail a pris une nouvelle dimension avec la création d’objets en bois peints, les bijoux, les accessoires, les illustrations ou encore la peinture sur galets. Et ce n’est que le début ! »

 

Quel est votre univers ? Où trouvez-vous l’inspiration ?

« Si vous partez à la découverte des toutes petites choses, vous trouverez des créations au carrefour de la décoration et de la peinture, des bijoux et accessoires, inspirées par un design alliant formes géométriques et couleurs pastel. L’ensemble de ces créations se veut pluri-sensoriel, dans une recherche permanente de mélange des matériaux et supports (perle, tissu, ruban, papier ancien, peinture ardoise et acrylique, bois, cuir, feutrine…). Une création en amenant une autre, la recherche de nouvelles idées et de nouveaux projets reste en perpétuel mouvement. Ainsi s’ajouteront, dans cette dynamique, des inspirations renouvelées et agrémentées au fil du temps, nourries et marquées par certains voyages, le travail et la découverte de nouvelles matières, ainsi que l’enrichissement au contact de nouveaux créateurs.

 

Je crois qu’une grande partie de mon inspiration provient de mes voyages. Pour ne citer qu’un exemple très concret, je suis partie il y a deux ans en Andalousie pendant la féria de Séville. Subjuguée par les costumes, j’ai commencé à créer des petites broches en feutrine et rubans. Je cherchais à représenter le mouvement des pans de robes et leurs épaisseurs de volants. Après ma série de broches, j’ai « aquarellé » la danse et la musique suite aux photos que j’avais prises des représentations de Flamenco; puis j’ai intégré plusieurs matières en collage sur mes dessins (papiers peints / scrapbooking / tissus…). Cela a abouti à toute une série de marque-pages, où le pan du dernier volant de la robe dépassait légèrement afin d’en marquer le livre. »


Une citation à nous faire partager ?

« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux » Marcel Proust

 

Quel est votre plat préféré ?

« Je suis très gourmande… Après réflexion, je crois que je dirai les fajitas au poulet!  »


Ses créations sur Un Grand Marché

 

Mapupicchu : bracelet manchette cuir - Le blog Un Grand Marché

Manchette en cuir

– 30,00 €

Mapupicchu : illustration - Le blog Un Grand Marché

Illustration sur fond d’écriture

– 7,00 €

Mapupicchu : bague - Le blog Un Grand Marché

Bague en plastique fou, Visage Poupée n°1 – 10,50 €

2

Jeanne

Commentaires

  1. Albert. Bernadette

    5 décembre 2017 À 7 h 40 min Répondre

    Est ce que la bague en visage poupée il y en auras encore car je voulais en commandé plusieurs même après les fêtes. Merci pour la réponse.j’en ais mis une dans le panier que je prendrais après la réponse de toute façon je l’à prendrais quand-même cette après-midi. Merci

  2. Albert. Bernadette

    5 décembre 2017 À 7 h 42 min Répondre

    Ces mapupicchu, bague avec tête de poupée.

Laisser un commentaire